back to top

Assistant de six députés à Paris, candidat du PS à Lyon, mandataire de Hamon dans le Rhône

Jules Joassard est l'assistant parlementaire de 6 députés à Paris. C'est exceptionnel mais pas illégal. Plus étonnant: ce collaborateur stakhanoviste vit en partie à Lyon où il est «mandataire» pour Benoît Hamon.

Publié le

Depuis la publication de la liste des collaborateurs des députés le 21 février dernier (actualisée le 6 mars), les assistants parlementaires sont scrutés à la loupe. Parmi les 2093 collaborateurs, l'un attire d'emblée l'attention: Jules Joassard travaille pour 6 députés. À Paris. Point commun de ces six députés: ils sont tous des proches de Benoît Hamon. Bizarrerie dans cette affaire: Jules Joassard n'évoque jamais son travail d'assistant parlementaire dans ses bios. Et il vit en partie à Lyon.

Jules Joassard est le seul assistant parlementaire à travailler pour six députés. Il est d'ailleurs le seul à travailler pour plus de quatre députés. Les six députés de Jules Joassard sont tous PS: Pascal Cherki (Paris), Romain Joron (Somme), Régis Juanico (Loire), Denys Robiliard (Loir-et-Cher), Barbara Romagnan (Doubs) et Stéphane Travert (Manche).

L'assistant travaille pour quatre des ces six députés depuis 2012, pour Stéphane Travert depuis 2014 et pour Romain Joron depuis 2016, selon le site de la Haute autorité pour la transparence de la vie publique (HATVP).

Si Julien Joassard apparaît avec ce prénom dans le listing de l'Assemblée nationale, dans la vie, il est plutôt connu sous le prénom de Jules. C'est d'ailleurs ainsi que plusieurs députés le nomment dans leurs déclarations respectives à la HATVP. Mais rien de louche de ce côté-là, selon plusieurs élus lyonnais qui expliquent qu'il se fait appeler Jules depuis l'enfance et que ce prénom est resté.

Cinq contrats de 6 heures et un contrat de 5 heures

Joint par BuzzFeed News, Jules/Julien Joassard dit bénéficier d'une égalité de traitement pour chacun de ses employeurs. «Je travaille 6 heures pour chaque député sauf pour Barbara Romagnan qui m'emploie pour 5 heures, ce qui fait donc 35 heures de travail par semaine», explique-t-il en précisant qu'il a signé à la fois des CDD et des CDI. Le collaborateur travaille «presque exclusivement» à l'Assemblée nationale, à Paris.

Son rôle au palais Bourbon? Accompagner les nouveaux députés, et faire le lien entre les collaborateurs en circonscription et Paris pour les autres. «Je connais presque tout le monde dans le groupe socialiste, je suis là pour faciliter les premiers pas des députés pour lesquels je travaille, pour leur montrer comment exister dans ce marigot hostile qu'est l'Assemblée», dit-il.

Les six députés sont des proches de Benoît Hamon

Mais les députés ne travaillent pas avec Jules Joassard par hasard. Sur les six députés, beaucoup sont de vieux amis qu'il connaît depuis deux décennies. Il a par exemple rencontré Régis Juanico, Pascal Cherki et Barbara Romagnan sur les bancs de la fac. Autre point commun, les six députés sont des soutiens historiques de Benoît Hamon (l'un d'entre eux, Stéphane Travert, a néanmoins décidé de soutenir Emmanuel Macron pour la présidentielle malgré l'amitié qui le lie à Benoît Hamon). Jules Joassard est lui-même un fidèle soutien de Benoît Hamon, depuis 1993, selon lui. Sur une photo publiée sur son propre site, on le voit par exemple poser aux côtés de Hamon à Lyon en 2012.

Par ailleurs, nombre de ces députés étaient parmi les premiers parlementaires à apporter leur parrainage à Benoît Hamon pour la primaire socialiste, comme on le voit sur la page Facebook du collaborateur.

Plusieurs d'entre eux sont d'ailleurs présents dans l'organigramme de campagne de Benoît Hamon. Pascal Cherki est porte-parole et en charge des relations avec les partis, Régis Juanico est en charge du pôle finances, Denys Robiliard de la relation avec les syndicats ou encore Barbara Romagnan, en charge du développement durable.

«Je le connais depuis longtemps, il travaille pour six des députés les plus hamonistes», dit à BuzzFeed News, sous couvert d'anonymat, un élu lyonnais socialiste qui a rejoint Macron. «Ces députés se débrouillent pour se partager un assistant parlementaire pour faire de la politique pour eux. Lorsque les Frondeurs se sont organisés, ils ont commencé à se payer un assistant parlementaire pour faire de la politique en tant que Frondeurs et ils ont embauché Jules pour ça, pour faire du réseau pour Hamon depuis des années», ajoute-t-il.

Une pratique exceptionnelle mais pas illégale

Si le fait de travailler pour un nombre élevé de députés n'est pas illégal, la pratique n'en demeure pas moins exceptionnelle. «C'est une pratique qui existe en effet, mais cela n'arrive franchement pas souvent», explique à BuzzFeed News Thierry Besnier, secrétaire général du SNCP-FO, le syndicat national des assistants parlementaires. «J'ai en tête le cas d'une collègue qui travaillait pour 4-5 députés de droite à une époque, elle était une agente de liaison entre ces députés qui travaillaient sur un même dossier, ajoute-t-il. Mais je plains cet assistant car ce n'est pas simple de travailler avec plusieurs parlementaires.»

Malgré ses six contrats de travail parisiens, Jules Joassard passe beaucoup de temps à Lyon. À 42 ans, c'est déjà un vieux briscard de la famille socialiste. Ancien des Jeunesses socialistes et de l'Unef, il est une figure bien connue du Parti socialiste à Lyon, sa ville natale, où il a étudié. Ses enfants résident d'ailleurs à Lyon. Connu pour être un infatigable travailleur, il est devenu assistant parlementaire en 2001.

En plus d'être l'assistant parlementaire de six députés, Jules Joassard est le responsable de la campagne de Benoît Hamon dans le Rhône. Il est très précisément «mandataire» du candidat à l'élection présidentielle selon le PS depuis que ce dernier a gagné la primaire le 29 janvier dernier. «C'est lui qui veille à l'organisation de la campagne locale en lien avec les équipes nationales mais il n'est pas à proprement parler porte-parole du candidat», indique la fédération lyonnaise à BuzzFeed News. Avant cela, il a longtemps été le «référent» de Benoît Hamon dans le Rhône.

«C'est la directrice de campagne Annie Guillemot qui s'occupe de l'opérationnel, moi je suis mandataire, par exemple, le moment venu, c’est moi qui irai signer les papiers pour les comptes de campagne, mais je ne gère pas l’animation au quotidien», précise Jules Joassard. Tous les jeudis en fin d'après-midi, Jules Joassard prend le train direction Lyon pour assister à la réunion hebdomadaire chargée de faire le point sur la campagne à mener dans le Rhône. Il rentre le lundi matin à Paris.

Par ailleurs, Jules Joassard est également conseiller municipal de la petite commune de Sérézin-du-Rhône (2500 habitants) près de Lyon, et candidat aux élections législatives de juin prochain dans la 11e circonscription du Rhône.

«J'accumule un certain nombre d’heures, explique le collaborateur. C'est aussi pour ça que je suis recherché par mes employeurs car depuis très longtemps j’ai sacrifié ma vie professionnelle et ma vie personnelle.»

Jules Joassard est très actif sur les réseaux sociaux. Mais ce qui étonne, c'est qu'il ne mentionne que très rarement son activité de collaborateur parlementaire au Palais Bourbon. Et on ne trouve aucune mention sur son site personnel, où il développe tout de même sa biographie dans plusieurs paragraphes.

Sur Twitter, on trouve seulement une poignée de tweets qui montrent que Jules Joassard est présent à l'Assemblée nationale. Mais la plupart du temps, l'assistant parlementaire préfère parler de son engagement auprès de Benoît Hamon et défendre le candidat. Idem sur Facebook où sa page est quasi uniquement peuplée de publications liées à Benoît Hamon.

Une fois encore, pour le collaborateur, il n'y a rien de mystérieux là-dedans. Son usage des réseaux sociaux est purement militant d'après lui. «J'ai été militant socialiste avant d'être assistant parlementaire, mon usage est moins professionnel que personnel», dit-il.

Jules Joassard a-t-il profité de son statut d'assistant parlementaire pour faire campagne pour le candidat Benoît Hamon ? La loi interdit aux assistants parlementaires de participer aux campagnes politiques comme le rappelle la Commission nationale des comptes de campagne et des financements politiques. «Ils doivent toutefois travailler uniquement pour le parlementaire dans le cadre de l’exercice de sa mission et leur participation à une campagne électorale pendant les heures de travail est proscrite.» Ce cumul peut en revanche être légal si l'assistant parlementaire pose des congés sans solde ou s'il signe un nouveau CDD uniquement lié à l'élection.

«Beaucoup d'assistants participent aux campagnes, sur leur temps de loisir, le soir et le week-end, ou prennent officiellement des congés», explique à BuzzFeed News Samuel Le Goff, ancien collaborateur devenu journaliste. «En fait, beaucoup de choses se font à distance comme la rédaction de notes, les réponses à des courriers, où il est impossible de contrôler quoi que ce soit. Comme tout le monde le fait, à droite comme à gauche, personne ne cherche à gratter.»

Jules Joassard réfute toute illégalité. «J’étais déjà mandataire de Benoît Hamon pour la primaire dans le Rhône car je suis engagé à ses côtés depuis des années, je n'ai pas eu à signer de contrat car ce n'est pas moi qui ai conduit la campagne sur place, d’autres ont concrètement porté les couleurs de Hamon dans le Rhône», nous indique-t-il.


Cet article a été écrit en collaboration avec le projet Arcadie, un site internet qui centralise les informations sur les parlementaires français et milite pour plus de transparence dans la vie publique.


Assma Maad est journaliste chez BuzzFeed News France et travaille depuis Paris.

Contact Assma Maad at assma.maad@buzzfeed.com.

Got a confidential tip? Submit it here.