back to top

«Toi, j’vais te baiser»: comment cet homme a aidé une femme harcelée dans le métro

Vincent Lahouze raconte comment il est intervenu simplement en voyant une jeune femme menacée par un homme pour montrer qu'«en quelques mots, on peut renverser une situation».

Publié le

Vincent Lahouze a 28 ans. Il habite à Toulouse et travaille comme directeur adjoint social et socioculturel en école primaire et centre de loisirs.

Sur son blog «Artiste comptant pour rien», il a posté le 22 avril un post intitulé «Toi, j'vais te baiser», dans lequel il rapporte une scène qui s'est déroulée dans le métro à Toulouse.

La scène s'est déroulée vers 18h45 sur la ligne A, à la station Esquirol. Vincent Lahouze est dans le métro et voit un homme se tenir très près d'une femme. Il raconte:

«J'étais là, occupé à observer mes compagnons de voyage de quelques minutes quand je les ai vus, à l'autre bout, contre la vitre. De loin, on aurait pu penser que c'était un jeune couple en train de se disputer. L'homme se tenait à quelques centimètres de la jeune femme, la main sur son poignet et il semblait être parti dans un long monologue pour la convaincre de rester.»

Mais il s'est rendu compte que la femme était harcelée. «Quelque chose dans le regard de l’homme m’a fait changer d’avis», dit le blogueur. Alors il s'est approché, la femme «semblait tétanisée» puis il a entendu ce que l'homme lui disait:

«"Toi j'vais te baiser tu sais oh oui j'vais te baiser salement et tu vas aimer ça hein bien sûr que tu vas aimer ça mmh allez t'écoutes ce que j'dis petite pute réponds petite salope j'sais que tu en as envie je l'ai vu dans ton regard de petite chienne en chaleur fallait pas porter une jupe si t'es pas intéressée ouais toi j'vais te baiser…" La jeune femme ne disait rien, le regard fixé sur son reflet, sans sourire, pétrifiée», écrit Vincent Lahouze.

IngolfBLN / Flickr / Via Flickr: ingolfbln

L'agresseur se collait de plus en plus à la femme quand Vincent Lahouze s'est décidé à intervenir:

«Je me suis assis à côté d'eux et tout en croisant le regard de la jeune femme, je lui ai dit, "Hey Camille! Ça faisait un bail que je ne t'avais pas vue! Comment ça va, ma cousine? puis me tournant vers l'homme, avec un grand sourire, je ne vous dérange pas, j'espère?"

Ces quelques mots ont suffit à la jeune femme pour reprendre vie, et comprenant ce que je tentais de faire m'a suivi dans ma brève comédie familiale. Sans un regard, il s'est levé, et il est sorti de la rame sans se retourner. Après m'être assuré que la jeune femme allait bien également, je suis parti aussi», ajoute-t-il.

«J'ai décidé de raconter les faits parce qu'il me semble nécessaire de ne pas laisser ce genre d'acte sous silence», explique Vincent Lahouze à BuzzFeed News. «C'est un acte citoyen banal que tout le monde devrait faire, au lieu de détourner le regard comme si ça ne les concernait pas.»

Son texte a été partagé plus de 100.000 fois sur Facebook, dont plus de 20.000 depuis son propre profil.

Facebook: LedgerTyler

Dans les commentaires, de nombreux internautes saluent son courage.

D'autres ont confié qu'elles avaient elles-mêmes subi ce genre d'agression.

«J'ai reçu pas mal de messages, presque tous sont positifs», dit-il, expliquant cependant: «Il n'y a pas le sentiment du devoir accompli, il y a un sentiment de tristesse d'avoir écrit ce texte, je préférerais ne pas voir ce genre de scène.»

Concernant la femme du métro, il dit lui avoir demandé si elle allait bien. «Je me suis assuré qu'elle allait bien, qu'elle était en capacité de rentrer seule chez elle, je lui ai conseillé de porter plainte bien que ce soit rarement pris au sérieux dans un commissariat malheureusement», ajoute Vincent Lahouze.

Car les violences sexuelles sont punies par la loi. Le harcèlement sexuel (comme imposer de façon répétée des propos à connotation sexuelle) est passible de 2 ans d’emprisonnement et de 30.000 euros d’amende.

Et les agressions sexuelles sans pénétration comme les baisers forcés, les mains aux fesses, ou les frottements, sont passibles de 5 ans d'emprisonnement et de 75.000 euros d'amende.

Selon un rapport du Haut Conseil à l’Égalité entre les femmes et les hommes (HCEfh) en avril 2015, 100% des utilisatrices de transports en commun interrogées ont vécu au moins une situation de harcèlement sexiste ou d’agression sexuelle.

Vincent Lahouze conclut son texte en demandant aux gens qui le lisent: «réagissez», et donne quelques pistes pour s'informer sur le harcèlement de rue. Ci-dessous, une BD donnant des pistes pour savoir réagir quand on est témoin d'une situation de harcèlement ou d'agression sexuelle:

Assma Maad est journaliste chez BuzzFeed News France et travaille depuis Paris.

Contact Assma Maad at assma.maad@buzzfeed.com.

Got a confidential tip? Submit it here.