back to top

À Mossoul, un homme essaye de reconstruire une bibliothèque brûlée par Daech

La bibliothèque de l'université de Mossoul a été brûlée par le groupe État Islamique lorsqu'ils ont pris le contrôle de la ville en 2014. Un homme fait tout son possible pour la garnir à nouveau de livres.

Publié le

Lorsque Daech a pris le contrôle de Mossoul et déclaré son califat en 2014, ses hommes ont saccagé l'université de la ville puis brûlé la bibliothèque, détruisant des centaines de milliers de livres et de manuscrits.

L'université de Mossoul, qui a été fondée en 1967, était réputée dans la région –on pouvait y étudier la médecine et l'ingénierie, et c'était un centre de recherches dans un certain nombre de disciplines, dont l'histoire et les sciences politiques.

La bibliothèque centrale de l'université contenait des centaines de milliers de livres en arabe et anglais, des cartes historiques, des périodiques de l'époque ottomane, et des manuscrits islamiques anciens, dont un Coran du IXe siècle.

Après avoir investi l'université, les combattants de Daech ont utilisé l'espace de la bibliothèque centrale pour réunir les professeurs d'université et les forcer à réécrire les livres scolaires selon le nouveau système pédagogique mis en place sous le califat.

Tandis que les forces de sécurité reprenaient la banlieue de Mossoul –les forces irakiennes ont pris le contrôle la semaine dernière la vieille ville de Mossoul, et le premier ministre du pays, de manière peut-être prématurée, a déclaré la fin du califat– un homme a lancé une campagne pour remettre en état la bibliothèque, livre par livre.

Publicité

Mosul Eye, un blogueur anonyme qui a rapporté en détails sa vie dans la ville pendant l'occupation de Daech ces trois dernières années (il a fui Mossoul en 2016 mais continue d'écrire dessus) a dirigé le projet pour reconstruire la bibliothèque centrale.

Mosul Eye / Via mosuleye.wordpress.com

«Mosul Eye Campaign to Revive the Libraries of Mosul» demande des dons de livres dans toutes les disciplines et langues.

Mosul Eye, qui dit être diplômé de l'université et y enseignait lorsque Daech s'est emparé de la ville, affirme être historien. Dans un entretien téléphonique avec BuzzFeed News, il a révélé très peu de choses sur lui-même –«Je peux vous dire que je n'ai pas encore 40 ans»– et insiste sur l'anonymat pour se protéger et protéger ses proches. Mais il a beaucoup parlé de ses espoirs pour la bibliothèque et des raisons pour lesquelles il est autant investi dans sa restauration.

«À chaque fois que j'étais à l'université, je passais la plupart de mon temps à la bibliothèque, raconte-t-il. Quand je n'aimais pas les cours magistraux de mes professeurs, j'allais souvent à la bibliothèque et j'étudiais les livres par moi-même.»

Dès que la partie de la ville dans laquelle l'université se trouve a été libérée en janvier, un groupe de bénévoles du coin est allé à la bibliothèque pour sauver ce qui n'avait pas été détruit, explique Mosul Eye.

Bien que la plupart des livres ont été détruits, Mosul Eye dit qu'ils ont réussi à préserver environ 2000 volumes, dont de nombreux provenaient de collections privées.

Publicité

Parmi les livres qui ont survécu aux flammes, il y a quelques centaines de livres rares.

Today we have preserved rare books and manuscripts in the Central library of Mosul Univ.

«Aujourd'hui, nous avons préservé des livres rares et des manuscrits de la bibliothèque centrale de l'université de Mossoul.»

Ensuite, Mosul Eye a lancé un appel international sur son blog pour des dons de livres, et «la réponse a été incroyable», précise-t-il.

À Bagdad, la capitale du pays, les marchés de rue ont été organisés pour que les habitants puissent acheter des livres pour la bibliothèque.

Sabah Arar / AFP / Getty Images

Les Irakiens achètent des livres dans la rue Mutanabi de Bagdad.

1001 Books from Baghdad 'The city of 1001 Nights' to Mosul 'The City of Two Springs', Received :)

La réponse internationale a également été très impressionnante.

«Les gens nous en envoyé des livres d'Australie, d'Europe, des États-Unis, tous sur des sujets différents et dans des langues différentes», déclare-t-il à BuzzFeed News.

Publicité

De Marseille à Mossoul Avec Amour. Books from Marseille on its way to Mosul.

More books for Mosul from students at the Royal College of Surgeons in Ireland. Go raibh maith agat.

Mosul Eye dit qu'ils ont récolté environ 10.000 livres jusqu'à présent et le groupe voudrait récolter 200.000 livres pour réouvrir la bibliothèque. De nombreux livres ont été envoyés et récoltés dans la ville d'Irbil, où une équipe de bénévoles les étiquettent et les trient.

Aux États-Unis, le Iraqi & American Reconciliation Project, une ONG basée au Minnesota, a récolté des livres et des dons pour couvrir les frais de port. En Europe, une petite ONG basée à Marseille appelée Entraide et coopération en Méditerranée a promis d'envoyer 20 tonnes de livres dans un container.

Mais l'équipe doit organiser la logistique pour envoyer des centaines de milliers de livres vers une ville en guerre. «Nous travaillons avec les autorités à Mossoul pour organiser un transport pour les livres, et pour nous fournir un espace une fois que les livres seront ici», dit-il.

En mai, Mosul Eye a organisé un festival culturel devant la bibliothèque centrale. En guise de frais d'admission, chaque invité devait venir avec un livre à donner. «Merci d'être généreux afin qu'on se souvienne de vous aussi longtemps que durera votre livre», avait-il écrit dans l'invitation.

Durant le festival, quatre jeunes musiciens ont joué sur les marches de la bibliothèque. En arrière-plan, des photographies de la vie et des gens de Mossoul, prises par les étudiants de l'université, accrochées sur un fil à linge.

«Nous ne nous connaissons pas, mais nous nous sommes tous réunis car nous croyons en Mossoul», dit le blogueur. Au final, plusieurs centaines de livres ont été récoltés.

Mosul Eye a dit que même s'ils acceptent tous les livres, dans toutes les disciplines et langues, ils sont encore en demande de plus d'ouvrages sur la médecine, les sciences et les sciences humaines. Ces dernières semaines, il dit qu'il a reçu des promesses d'universités et bibliothèques aux États-Unis et au Royaume-Uni, ce qui renforce son enthousiasme.

«Si je peux avoir un espace prêt d'ici la fin de l'année, la bibliothèque peut réouvrir d'ici début 2018», espère-t-il.

Depuis que le groupe État islamique a ravagé sa ville natale, Mosul Eye dit qu'il a passé beaucoup de temps à lire. La Terre vaine de T. S. Eliot et Le Paradis perdu de John Milton font partie de ses préférés.

Même si Mosul Eye sait que la bibliothèque ne sera jamais plus la même, il dit qu'il espère qu'elle sera à nouveau un «phare pour la connaissance et les arts» où les esprits jeunes et curieux de Mossoul peuvent venir en apprendre plus sur la ville et l'histoire mondiale.

«Nous devons reconnecter Mossoul avec le reste du monde, dit-il. Nous avons besoin que le monde s'y intéresse autant que lorsque Daech a pris la ville. Ne nous abandonnez pas.»

Ce post a été traduit de l'anglais.

Anup Kaphle is a deputy world editor for BuzzFeed News and is based in London. His secure PGP fingerprint is AA69 A7F0 91A0 8CF9 F06A 8343 05EE 4615 8CD5 33D8.

Contact Anup Kaphle at anup.kaphle@buzzfeed.com.

Got a confidential tip? Submit it here.