back to top

17 personnages de séries qui ont changé notre vision du corps

Et ça fait un bien fou.

Publié le

1. Mindy Lahiri, The Mindy Project

Instagram: @mindykaling

Dans sa série, Mindy Kaling incarne Mindy Lahiri, une chirurgienne talentueuse qui aime les belles fringues, la malbouffe et les magazines people, et qui se tape tous les plus beaux mecs de New York. Tout ça en ayant le corps d'une femme «normale/potelée», telle que Mindy Kaling se décrit. Ses myriades de costumes flashy et seyants, et sa confiance en soi inébranlable, sont une éternelle source d'inspiration.

2. Rebecca Bunch, Crazy Ex-Girlfriend

Dans le premier épisode de Crazy Ex-Girlfriend, Rachel Bloom se lance dans une chanson sur sa préparation avant un rencard. Après s'être violemment épilé le trou de balle à la cire en susurrant «sang du cul», elle se place devant son miroir, exhibe son ventre mou et rebondi, et tente d'enfiler un collant gainant. C'est une image d'une banalité confondante, et Rachel Bloom est une femme qui, si on la croisait dans la rue, serait sans aucun doute qualifiée de «bien foutue». Mais ce moment, à la télé, semble presque radical. Parce que l'épilation et les poils des femmes restent encore un sujet tabou. Et aussi et surtout parce qu'à la télé, tout le monde a le ventre plat. Pour toutes celles qui n'en ont pas, Rebecca Bunch est un cadeau du ciel.
The CW / Via images.tvfanatic.com

Dans le premier épisode de Crazy Ex-Girlfriend, Rachel Bloom se lance dans une chanson sur sa préparation avant un rencard. Après s'être violemment épilé le trou de balle à la cire en susurrant «sang du cul», elle se place devant son miroir, exhibe son ventre mou et rebondi, et tente d'enfiler un collant gainant.

C'est une image d'une banalité confondante, et Rachel Bloom est une femme qui, si on la croisait dans la rue, serait sans aucun doute qualifiée de «bien foutue». Mais ce moment, à la télé, semble presque radical. Parce que l'épilation et les poils des femmes restent encore un sujet tabou. Et aussi et surtout parce qu'à la télé, tout le monde a le ventre plat. Pour toutes celles qui n'en ont pas, Rebecca Bunch est un cadeau du ciel.

3. Callie Torres, Grey's Anatomy

Callie Torres est l'un des personnages de Grey's Anatomy qui prouve qu'avoir des formes n'empêche en aucun cas d'être incroyablement sexy. Et puis Callie respire tellement la confiance que c'est sa personnalité, encore plus que son corps, qui la rend tellement sexy.
Ron Tom / ABC

Callie Torres est l'un des personnages de Grey's Anatomy qui prouve qu'avoir des formes n'empêche en aucun cas d'être incroyablement sexy. Et puis Callie respire tellement la confiance que c'est sa personnalité, encore plus que son corps, qui la rend tellement sexy.

4. Mary-Jane Paul, Being Mary Jane

Mary-Jane Paul est comme beaucoup de femmes qui se soucient de leur apparence, qui se maquillent, font du sport et essayent de bien manger. Comme rarement à la télé, c'est montré d'une manière très réaliste et surtout d'une manière très décomplexée: elle s'entretient, se fait belle et se masturbe, mais toujours pour son bien-être personnel, sans jamais se soucier de ce qu'on pourrait en penser. Tout ça a encore plus d'importance parce que c'est une femme noire qui s'est libérée des codes dans lesquelles on pourrait la caser que ce soit dans sa vie personnelle, que professionnelle.
BET

Mary-Jane Paul est comme beaucoup de femmes qui se soucient de leur apparence, qui se maquillent, font du sport et essayent de bien manger. Comme rarement à la télé, c'est montré d'une manière très réaliste et surtout d'une manière très décomplexée: elle s'entretient, se fait belle et se masturbe, mais toujours pour son bien-être personnel, sans jamais se soucier de ce qu'on pourrait en penser. Tout ça a encore plus d'importance parce que c'est une femme noire qui s'est libérée des codes dans lesquelles on pourrait la caser que ce soit dans sa vie personnelle, que professionnelle.

5. Ilana et Abbi, Broad City

Ilana et Abbi sont des femmes modernes qui ressemblent à n'importe quelle femme dans sa vingtaine et c'est pour cette raison qu'elles sont si «identifiables». Elles sont amies mais ne se ressemblent pas, n'ont pas le même corps et ni le même rapport au style. Avec Girls, Broad City est l'une des rares séries qui montrent les personnages tels qu'ils pourraient l'être dans la vraie vie: loin des gravures de mode et autres corps filiformes souvent associés à cet univers.
Comedy Central

Ilana et Abbi sont des femmes modernes qui ressemblent à n'importe quelle femme dans sa vingtaine et c'est pour cette raison qu'elles sont si «identifiables». Elles sont amies mais ne se ressemblent pas, n'ont pas le même corps et ni le même rapport au style. Avec Girls, Broad City est l'une des rares séries qui montrent les personnages tels qu'ils pourraient l'être dans la vraie vie: loin des gravures de mode et autres corps filiformes souvent associés à cet univers.

6. Cristela, Cristela

Cristela est ronde, d'origine mexicaine et aspire à être avocate. Du fait de ses origines, de sa morphologie et de ses aspirations professionnelles, elle subit de nombreuses discriminations à la fois qui l'empêcheraient (selon des critères sociétaux) de s'épanouir. Et pourtant, dans la série, elle refuse de répondre aux attentes de ceux qui la trouvent trop grosse et/ou trop mexicaine pour réussir dans son métier et ça fonctionne. À chaque épisode est transmis un message fort (de manière toujours humoristique) sur la confiance en soi, qui passe avant tout par le mental.
Adam Taylor / ABC

Cristela est ronde, d'origine mexicaine et aspire à être avocate. Du fait de ses origines, de sa morphologie et de ses aspirations professionnelles, elle subit de nombreuses discriminations à la fois qui l'empêcheraient (selon des critères sociétaux) de s'épanouir. Et pourtant, dans la série, elle refuse de répondre aux attentes de ceux qui la trouvent trop grosse et/ou trop mexicaine pour réussir dans son métier et ça fonctionne. À chaque épisode est transmis un message fort (de manière toujours humoristique) sur la confiance en soi, qui passe avant tout par le mental.

7. Hannah Horvath, Girls

Le fait que Lena Dunham soit tout le temps dénudée dans Girls semble agacer beaucoup de monde, mais cela ne fait que renforcer l'idée que les seules filles qui ont «le droit» de se montrer nues à l'écran sont celles qui correspondent aux canons de beauté actuels. Personne ne se pose de questions lorsque Samantha apparaît nue dans de nombreux épisodes de Sex and the city, mais lorsque Lena Dunham le fait, cela dérange. Hannah, avec son corps rond et mou, ses bourrelets, sa cellulite, sa sexualité débridée et sa confiance en elle à la limite du déni, a été une petite révolution pour la télévision. Elle nous montre qu'il y a d'autres modèles de corps que celui qui est mince, bronzé et filiforme, et surtout, que ces corps-là ne sont pas forcément un poids ou un handicap. Elle est comme elle est, et on l'en remercie.
HBO / Via media.portable.tv

Le fait que Lena Dunham soit tout le temps dénudée dans Girls semble agacer beaucoup de monde, mais cela ne fait que renforcer l'idée que les seules filles qui ont «le droit» de se montrer nues à l'écran sont celles qui correspondent aux canons de beauté actuels. Personne ne se pose de questions lorsque Samantha apparaît nue dans de nombreux épisodes de Sex and the city, mais lorsque Lena Dunham le fait, cela dérange. Hannah, avec son corps rond et mou, ses bourrelets, sa cellulite, sa sexualité débridée et sa confiance en elle à la limite du déni, a été une petite révolution pour la télévision. Elle nous montre qu'il y a d'autres modèles de corps que celui qui est mince, bronzé et filiforme, et surtout, que ces corps-là ne sont pas forcément un poids ou un handicap. Elle est comme elle est, et on l'en remercie.

8. Betty Suarez, Ugly betty

Tout est dit dans le titre et encore plus dans la trame de la série qui part du gros décalage qui existe entre le physique «ingrat» de Betty et l'univers impitoyable dans lequel elle évolue: la mode. Et pourtant, au fil des épisodes, on peut découvrir une Betty plus sûre d'elle, plus consciente de ce qu'elle peut représenter ou non et surtout retenant la leçon selon laquelle la manière dont on se sent intérieurement influe beaucoup sur la manière dont les autres nous voient.
ABC

Tout est dit dans le titre et encore plus dans la trame de la série qui part du gros décalage qui existe entre le physique «ingrat» de Betty et l'univers impitoyable dans lequel elle évolue: la mode. Et pourtant, au fil des épisodes, on peut découvrir une Betty plus sûre d'elle, plus consciente de ce qu'elle peut représenter ou non et surtout retenant la leçon selon laquelle la manière dont on se sent intérieurement influe beaucoup sur la manière dont les autres nous voient.

9. Olivia Pope, Scandal

Sa démarche, son look, son attitude, ses manières... Tout fait d'Olivia Pope un personnage pas comme les autres. Malgré ses nombreuses faiblesses, son histoire familiale lourde et ses relations amoureuses compliquées, les seules choses qu'elle semble maîtriser à la perfection sont son travail et son corps. Une maîtrise totale de ses mouvements qui lui permet de s'imposer dans un monde de brutes.
Ron Batzdorff / ABC

Sa démarche, son look, son attitude, ses manières... Tout fait d'Olivia Pope un personnage pas comme les autres. Malgré ses nombreuses faiblesses, son histoire familiale lourde et ses relations amoureuses compliquées, les seules choses qu'elle semble maîtriser à la perfection sont son travail et son corps. Une maîtrise totale de ses mouvements qui lui permet de s'imposer dans un monde de brutes.

10. Ali Pfefferman, Transparent

Dans Transparent, Ali transgresse constamment les normes de genre, de beauté et de sexualité. Elle est pansexuelle, androgyne, poilue, porte des boxers, arbore fièrement un sourcil touffu, se coiffe et se maquille comme personne d'autre... Bref, elle est belle d'une façon qu'on voit rarement à la télé.
Amazon / Via tveskimo.com

Dans Transparent, Ali transgresse constamment les normes de genre, de beauté et de sexualité. Elle est pansexuelle, androgyne, poilue, porte des boxers, arbore fièrement un sourcil touffu, se coiffe et se maquille comme personne d'autre... Bref, elle est belle d'une façon qu'on voit rarement à la télé.

11. Big Boo, Orange is the new black

Netflix / Via tumblr.com

Parce qu'on ne voit jamais de femmes grosses à la télé, ni de lesbiennes butch, et que Léa DeLaria, en interprétant le personnage ultra-sexualisé et sans complexe de Boo, nous rappelle que la beauté existe dans toutes les tailles et dans toutes les formes.

12. Miranda Bailey, Grey's Anatomy

Elle est petite, elle est noire et c'est une boss. Miranda Bailey représente la figure de la femme féministe par excellence qui n'a jamais peur de dire ce qu'elle pense dans un milieu où les femmes sont souvent sous-estimées. Son corps devient alors son arme de combat qui lui sert à imposer sa présence physique et morale.
ABC

Elle est petite, elle est noire et c'est une boss. Miranda Bailey représente la figure de la femme féministe par excellence qui n'a jamais peur de dire ce qu'elle pense dans un milieu où les femmes sont souvent sous-estimées. Son corps devient alors son arme de combat qui lui sert à imposer sa présence physique et morale.

13. Sophia, Orange is the new black

Voir des personnages trans à la télé est déjà assez rare, et ça l'est encore plus qu'ils soient incarnés par des acteurs ou actrices trans. Il y avait déjà eu Candis Cayne dans Dirty Sexy Money, mais c'est vraiment Laverne Cox dans Orange is the new black, la série phare de Netflix, qui a ouvert les esprits sur les questions de transidentité, la transphobie, et bien sûr, la place des femmes trans en prison.
Netflix

Voir des personnages trans à la télé est déjà assez rare, et ça l'est encore plus qu'ils soient incarnés par des acteurs ou actrices trans. Il y avait déjà eu Candis Cayne dans Dirty Sexy Money, mais c'est vraiment Laverne Cox dans Orange is the new black, la série phare de Netflix, qui a ouvert les esprits sur les questions de transidentité, la transphobie, et bien sûr, la place des femmes trans en prison.

14. Max, 2 Broke girls

Max est l'incarnation de la fille pulpeuse qui connaît parfaitement ses atouts et qui en joue. Elle aime le sexe, en parle librement et a pleinement conscience de son corps. C'est une fille à qui on peut facilement s'identifier. Avec Max, on comprend qu'avoir de gros seins et de grosses fesses, c'est être bonne, pas grosse.
CBS

Max est l'incarnation de la fille pulpeuse qui connaît parfaitement ses atouts et qui en joue. Elle aime le sexe, en parle librement et a pleinement conscience de son corps. C'est une fille à qui on peut facilement s'identifier. Avec Max, on comprend qu'avoir de gros seins et de grosses fesses, c'est être bonne, pas grosse.

15. Adam, Girls

Qui aurait cru qu'un personnage avec un physique pareil deviendrait un tel sex symbol? Avec ses presque 2 mètres et son visage atypique, il est loin de ressembler aux beaux mecs qu'on voit habituellement à la télé ou au ciné et ça fait du bien. Finalement, en dehors de sa taille (et de ses bras bodybuildés), Adam représente plus le type d'hommes qu'on peut croiser dans notre vie de tous les jours.
HBO

Qui aurait cru qu'un personnage avec un physique pareil deviendrait un tel sex symbol? Avec ses presque 2 mètres et son visage atypique, il est loin de ressembler aux beaux mecs qu'on voit habituellement à la télé ou au ciné et ça fait du bien. Finalement, en dehors de sa taille (et de ses bras bodybuildés), Adam représente plus le type d'hommes qu'on peut croiser dans notre vie de tous les jours.

16. Tara, Buffy contre les vampires

Toutes les actrices dans Buffy contre les vampires sont très minces. En comparaison, Tara (Amber Benson), qui est pourtant loin d'être grosse, parait presque «boulotte». Elle a des bourrelets, des bras charnus, une poitrine imposante, bref, elle représente toutes les filles «entre-deux», les tailles 40-42 qui constituent la majorité de la population mais sont rarement visibles à la télé ou au cinéma. Et c'est (en partie) pour ça qu'on l'aime.
The WB

Toutes les actrices dans Buffy contre les vampires sont très minces. En comparaison, Tara (Amber Benson), qui est pourtant loin d'être grosse, parait presque «boulotte». Elle a des bourrelets, des bras charnus, une poitrine imposante, bref, elle représente toutes les filles «entre-deux», les tailles 40-42 qui constituent la majorité de la population mais sont rarement visibles à la télé ou au cinéma. Et c'est (en partie) pour ça qu'on l'aime.

17. Joan, Mad Men

AMC / Via theglossdotcom.tumblr.com

S'il y a un personnage de série qui a prouvé à tout jamais qu'on pouvait être MÉGABONNE sans être mince, c'est bien Joan Harris, la secrétaire devenue comptable féroce dans Mad Men. Christina Hendricks est dans ce rôle la définition même de «pulpeuse», et elle nous a appris qu'on peut être belle en accentuant ses courbes, plutôt qu'en essayant de les cacher.

La semaine du corps est une semaine dédiée à l'exploration et à la célébration de nos relations compliquées avec nos corps. Retrouvez plus d'articles sur notre rapport au corps ici.

BuzzFeed