back to top

Comment une histoire de noyade vieille de 20 ans a envahi les médias

La presse a massivement relayé ces derniers jours l'histoire d'une fille morte noyée parce que son père a refusé l'intervention des secours. Sans s'être aperçue que les faits datent de 1996.

Publié le

Difficile d'échapper à cette histoire depuis dimanche 9 août: à Dubaï, une jeune fille serait morte de noyade car son père aurait empêché les secours d'intervenir, pour ne pas la «déshonorer».

metronews.fr!VIilNCt20eYR/

Capture d'écran de Metronews, l'un des premiers sites francophones à relayer l'information lundi 10 août.

Ces faits, bien que réels, n'avaient pas lieu de rencontrer un tel écho en ce mois d'août: ils datent en réalité de 1996 et pas de 2015, a expliqué le Guardian mardi 11 août.

Le site remarque que les médias anglais qui ont repris l'information comme le Daily Mail, The Telegraph, Metro ou Sky News n'ont pas vérifié l'information (pas plus que leurs confrères un peu partout dans le monde).

Kareem Shaheen, journaliste au Guardian, précise sur Twitter qu'il a appelé la police locale pour vérifier l'histoire. Cette dernière lui a alors indiqué qu'elle était réelle, mais pour le moins datée.

Had anyone actually bothered to look at the newspaper that published it or called Dubai Police to verify, they would have found out.

La plupart des médias ont en fait basé leur article sur le site Emirates247.com, qui citait un responsable des secours de Dubaï, Ahmed Burqibah. Voici le résumé qu'en fait l'Agence France Presse:

On remarquera au passage que ni le site d'origine, ni les médias qui ont repris l'information, n'ont donné de date à laquelle auraient eu lieu les faits.

Les propos d'Ahmed Burqibah à Emirates247.com ne portaient pas sur l'actualité, mais sur les pires affaires auxquelles les secouristes de Dubaï ont été confrontés. Emirates247.com a fini par corriger son article ce mercredi:

Entre les deux versions, le site a ajouté que le responsable des secours faisait état «de l'un des pires incidents auxquels il a été confronté».

Le passage qui suit, déjà présent dans la première version de l'article, prend alors tout son sens: «C'est l'un des incidents que je ne peux pas oublier».

Le secouriste a également fait état à la même journaliste d'autres épisodes marquants de sa carrière dans deux autres articles publiés ces derniers jours, ici et ici.

Comme Kareem Shaheen du Guardian le précise, l'erreur initiale vient donc d'Emirates247.com. Mais il estime que «cela n'excuse pas les médias qui ont repris l'information sans la vérifier».

@sebastiangoos But that doesn't excuse the outlets that republished it without verifying.

Contactées par BuzzFeed France, la police de Dubaï et la rédaction d'Emirates247.com n'ont pas donné suite à nos sollicitations pour l'heure.

Adrien Sénécat est journaliste chez BuzzFeed News France et travaille depuis Paris.

Contact Adrien Sénécat at adrien.senecat@buzzfeed.com.

Got a confidential tip? Submit it here.