back to top

Non, les Français ne sont pas «fâchés avec l'orthographe»

Une étude qui va dans ce sens est citée dans de nombreux médias, mais elle n'est pas représentative.

Publié le

Tout est parti d'un article du Parisien, basé sur «le premier baromètre Voltaire».

Il s'agit en fait de statistiques réalisées par le Projet Voltaire, un service en ligne d'entraînement à l'orthographe. Ce dernier teste ses clients avant qu'il ne démarrent leur programme, ce qui lui permet de fournir des statistiques.

Le Parisien explique donc, à partir des données de l'entreprise, que «le niveau (en orthographe) baisse réellement» en France. Il cite deux chiffres qui accréditeraient cette idée:

1. En moyenne, les clients de Projet Voltaire maîtrisaient, en 2010, 52% des règles grammaticales testées. Ils n'étaient plus que 46% en 2015.

2. 53% des règles lexicales étaient maîtrisées en 2010, contre 44% en 2015.

Vous l'aurez compris: le niveau baisse.

Le problème, c'est que ça ne tient pas vraiment debout.

Il faut déjà signaler que si Projet Voltaire publie ces statistiques, c'est d'abord parce que c'est une bonne occasion de faire parler de ses formations. Ces chiffres peuvent tout de même avoir leur intérêt, mais pas pour parler de l'ensemble «des Français», pour au moins deux raisons:

1. Le public testé n'est pas représentatif de la population française. Tout le monde n'a pas vocation à aller suivre une formation Projet Voltaire, donc le simple fait d'y avoir recours peut être une indication sur son niveau d'orthographe.

2. Les échantillons comparés sont différents. Projet Voltaire a évalué 5000 personnes en 2010 contre 85.000 en 2015. Un tel changement d'échelle implique que le public de clients a pu changer. La comparaison dans le temps est donc faussée.

Le Parisien le relève d'ailleurs dans l'un des articles de son dossier:

«Quelles conclusions en tirer? Aucune véritablement. Dire qu'on est meilleur en grammaire à Montpellier qu'à Montbéliard serait une extrapolation. Le profil des candidats n'est pas le même d'une région à l'autre. (...) Le niveau de base n'est donc pas le même.»

Ce constat, qui appliqué aux statistiques régionales, l'est en fait tout autant au niveau national.

L'étude de Projet Voltaire est à prendre avec des pincettes, mais sa conclusion générale n'est pas complètement fausse pour autant.

Le niveau des Français a plutôt eu tendance à baisser ces dernières années. Une étude de l'Education nationale publiée en 2012 montre que les élèves de CM2 faisaient plus de fautes que leurs ainés, rapporte un article du Monde:

«Le nombre d'erreurs a augmenté en moyenne de 10,7 à 14,7. La proportion d'élèves faisant plus de quinze fautes atteint 46% en 2007, contre 26% vingt ans plus tôt.»

Cela ne veut pas dire pour autant que les Français ont complètement perdu la maîtrise de leur langue.

L'enquête PISA, qui évalue tous les trois ans les élèves de 15 ans dans les pays de l'OCDE, est ainsi plus positive. On y apprend notamment que le score des étudiants en «compréhension de l'écrit» était le même en 2012 (505 points) qu'en 2000 (505 aussi), après avoir chuté en 2006 (488). L'honneur est sauf.

Adrien Sénécat est journaliste chez BuzzFeed News France et travaille depuis Paris.

Contact Adrien Sénécat at adrien.senecat@buzzfeed.com.

Got a confidential tip? Submit it here.