back to top

Condamné par la justice, Maître Eolas ferme son compte Twitter

L'avocat blogueur explique à BuzzFeed France qu'il a lui-même fermé son compte et n'est pas victime d'un piratage.

Publié le

L'avocat blogueur Maître Eolas a été condamné ce mardi pour diffamation et injure envers l'Institut pour la Justice. Il a écopé d'une peine de 2000 euros d'amende avec sursis et 5000 euros de dommages et intérêts, selon l'AFP.

Le compte de @Maitre_Eolas, condamné à l'instant pour diffamation et injure envers l'@InstitutJustice, est fermé.

Contacté par BuzzFeed France, l'intéressé nous indique avoir fermé son compte de son propre chef. Il n'a en revanche pas souhaité nous en dire plus:

«J'ai toujours été discret sur les affaires qui me concernent personnellement, vous comprendrez.»

Il n'a pas plus souhaité nous indiquer s'il comptait poursuivre son blog Journal d'un avocat et s'il envisageait ou non de réouvrir son compte à une date ultérieure, ou encore s'il compte faire appel de sa condamnation ou non.

Maître Eolas était poursuivi pour diffamation et injures par l'Institut pour la Justice. Le procès s'était tenu en juillet dernier.

En cause, des déclarations qui remontent à 2011. À l'époque, le très droitier Institut pour la Justice avait lancé un «pacte 2012 pour la justice», signé par environ 1,7 million d'internautes, selon l'organisation.

On y trouvait des propositions pour réformer une justice «déconnectée des préoccupations des citoyens» selon l'IPJ, contestées par nombre de professionnels de la justice, dont l'Union syndicale des magistrats ou... Maître Eolas, donc.

L'avocat blogueur contestait le fond mais aussi le nombre de signatures recueillies par l'IPJ, un «compteur bidon» selon lui. Il avait également écrit dans un tweet: «Je me torcherais bien avec l'institut pour la Justice si je n'avais par peur de salir mon caca.»

L'Institut pour la Justice se félicite de son côté dans un communiqué:

«Me Eolas est donc condamné pour injure et diffamation à l'encontre de l'Institut pour la Justice. Ces propos avaient fortement nui à l'image et à la crédibilité de l'association, notamment en raison de la célébrité et de l'influence de Me Eolas sur internet.

L'Institut pour la justice tient à saluer cette décision sage et courageuse, qui permet de mettre un terme à cette malheureuse affaire.»

Adrien Sénécat est journaliste chez BuzzFeed News France et travaille depuis Paris.

Contact Adrien Sénécat at adrien.senecat@buzzfeed.com.

Got a confidential tip? Submit it here.