go to content

L'arme pointée par un Calaisien sur des migrants ne serait pas factice

Il s'agirait d'un fusil de chasse non déclaré en préfecture, selon La Voix du Nord. Une enquête est de nouveau ouverte et la préfecture retient «la menace d'une arme».

posté le

L'un d'entre eux a opposé des manifestants à des habitants, dont l'un a fini par sortir avec un fusil. La scène, filmée par l'agence Taranis News, a été visionnée des centaines de milliers de fois sur YouTube.

Voir cette vidéo sur YouTube

youtube.com

Contactée par BuzzFeed, la préfecture de police a d'abord dit lundi qu'il s'agissait «d'un fusil de type airsoft», qui ne tire donc pas à balles réelles, et que l'homme a été interpellé dans la foulée:

«Comme toute personne qui a un comportement illégal sur le parcours d'une manifestation, cet homme a été mis à l'écart et a été interpellé.»

Sollicités par BuzzFeed, le procureur de Boulogne-sur-Mer Jean-Pierre Valensi et le cabinet de la maire LR de Calais n'ont pas souhaité commenter l'incident.

Cet homme et son père, qui se disent hostiles à la présence de réfugiés dans la ville, ont déclaré à France 2 dimanche qu'ils se sentaient menacés au moment de la manifestation. «C'est tout a fait normal qu'on réagisse comme ça», témoigne le père.

youtube.com

À gauche, l'homme qui brandit une carabine dans la vidéo. À droite, son père, lui aussi présent dans la vidéo (on le voit notamment échanger des coups et des jets de projectiles avec des manifestants).

Mise à jour: l'arme présentée en garde à vue n'était pas la bonne.

Contrairement à ce qui avait été dit dans un premier, il s'agissait d'un «fusil de chasse qui n'a pas été déclaré en préfecture» et une enquête est de nouveau ouverte, rapport La Voix du Nord ce mercredi 27 janvier.

Ce fusil de chasse n'aurait pas été déclaré en préfecture, selon le quotidien. Une enquête est de nouveau ouverte et le parquet précise retenir «la menace d'une arme», et les deux hommes ont été de nouveau entendus mardi 26 janvier.

Selon une source policière contactée par La Voix du Nord,, le fils Gaël aurait également fait l'objet d'une garde à vue, en 2010, pour violences avec armes, des faits qui seraient «très probablement liés à une agression de migrants, en septembre 2010», alors qu'il était encore mineur.

Très vite, l'extrême droite s'est saisie de l'incident et a lancé une campagne de soutien au père et à son fils sur les réseaux sociaux.

#Calais : Soutien à David et Gaël agressés par les #Migrants et par les gauchistes ! https://t.co/22Hj4kAOug

Face aux migrants, face à l’extrême gauche violente et complice de l'immigration: SOUTIEN A DAVID ET GAEL ! #Calais

Damien Rieu, ex-directeur adjoint de la communication de la municipalité FN de Beaucaire et membre de la mouvance identitaire, précise à BuzzFeed être l'administrateur de cette page.

«J'ai monté l'opé en solo avec le soutien de Fdesouche

Il dit avoir contacté la famille au préalable:

«Je voulais faire part de mon soutien à cette famille et proposer l'aide des internautes si besoin.»

L'ex-communicant de la mairie FN de Beaucaire a aussi diffusé sur Facebook la conversation qu'il a eue avec David, le père, relayée par Fdesouche.

Il y dit avoir déposé plainte contre les manifestants et avoir lui-même été en garde-à-vue plusieurs heures samedi et dit être confiant pour la suite: «pour moi, c'est légitime défense».

«On en a ras-le-bol de voir tous ces immigrants sur Calais», dit-il. Mais «je suis pas raciste».

Une cagnotte Leetchi, elle aussi lancée par Damien Rieu, a réuni pour l'instant plus de 2000 euros pour soutenir «David et Gaël» face à d'éventuels frais de justice et de réparation pour leur clôture.

Ruben Saura, militant LR, qui figure parmi les donateurs, explique son don à BuzzFeed:

«J'ai estimé qu'il était injuste que finalement cet homme ait à payer des frais de justice si une plainte est déposée à son encontre. Il suffisait de voir la vidéo pour trouver cela logique.»

Beaucoup de donateurs affichent clairement, dans leur pseudo, leur appartenance à la mouvance identitaire.

De nombreux internautes estiment que David et Gaël «n'ont fait que se défendre» face aux menaces des manifestants. La préfecture de police explique en revanche à BuzzFeed que la manifestation était suffisamment sécurisée:

«Nous ne pouvons pas communiquer sur les détails du dispositif policier, mais sachez qu'il y avait des policiers en civil sur l'ensemble du parcours.

Hormis cet incident avec l'arme et les tags, notamment sur la statue du général de Gaulle, cette manifestation s'est déroulée de manière correcte.»

8 personnes doivent aussi être jugées en comparution immédiates ce lundi 25 janvier après l'intrusion de migrants sur un ferry samedi, mais la préfecture distingue cet événement des autres car «il a eu lieu après la fin de la manifestation.»

Adrien Sénécat est journaliste chez BuzzFeed News France et travaille depuis Paris.

Contact Adrien Sénécat at adrien.senecat@buzzfeed.com.

Got a confidential tip? Submit it here.