Les 18 découvertes du Mondial 2014

Ce fut le Mondial des surprises et des nouveautés !

1. Les gardiens ont découvert la gloire

Enfin! le poste ingrat et solitaire de gardiens de but est reconnu comme quelque chose de cool.
De nombreux gardiens ont fait parler d’eux durant ce mondial et ont permis à certaines ‘petites’ équipes de tenir tête aux plus grandes.
Ils s’appellent, Ochoa (Mexique), M’Bohli (Algérie), Bravo (Chili), Benaglio (Suisse), Ospina (Colombie), Navas (Costa-Rica), Enyaema (Nigéria), ou encore Howard (USA), tous sont restés dans les mémoires comme les stars de leurs équipes et leur ont permis d’aller plus loin que ce que les bookmakers leur avaient prédit.

Pas mal pour des joueurs évoluant à un poste qui n’a dénombré qu’un seul ballon d’or, en 1963, depuis l’invention de cette distinction, et qui était jusque là plutôt remarqué pour son mauvais goût vestimentaire que ses performances sportives.

2. La mascotte du mondial a découvert les femmes

Tumblr

Baptisée Fuleco, mot-valise constitué des mots ‘futbol’ et ‘ecologia’ (où le ‘t’ a été mystérieusement remplacé par un ‘l’) ce sympathique tatou à trois bandes, en voie d’extinction dans les forêts brésiliennes, a été choisi par la FIFA pour symboliser son attachement à l’écologie.

Le problème, c’est qu’en plus de n’avoir pas vraiment convaincu les associations environnementales, le nom même de cette mascotte signifierait ‘cul’ dans l’argot du Nord-Est du Brésil.

Bref, rien ne vaut de toutes façons Footix, la mascotte du mondial 1998 qui était sur les pots de Nutella de votre enfance.

3. Le joueur Camerounais Benoît Assou-Ekotto est l’homme le plus sympa du monde

C’est là une des plus grandes énigmes de cette Coupe du Monde. Qui a eu l’idée de cette présentation-croisement de bras des joueurs avant chaque match ? Quel cadre de la FIFA a pu se dire : “on va faire une présentation comme dans les jeux vidéos, ça sera vraiment trop stylé”? Le mystère reste entier.

En attendant, les joueurs se sont tous pliés à l’exercice avec plus ou moins de réussite. Mais entre un Paul Pogba qui ne croise pas les bras et un Guillermo Ochoa qui nous fait le coup des mains sous les aisselles, c’est bien le défenseur camerounais Benoît Assou-Akotto qui l’a fait avec le plus de classe.

4. La FIFA a découvert la technologie.

Ce qui a d’ailleurs permis à la France de marquer un troisième but face au Honduras.

A ce rythme, la FIFA devrait autoriser l’arbitrage vidéo pour la Coupe du Monde au Mali en 2058

5. Ainsi que la mousse à raser.

”- Tu crois que c’est de la crème chantilly ?
- Mais non, c’est de la mousse à raser”

Remerciez donc la FIFA d’avoir meublé les conversations creuses avec vos ami(e)s pendant les matchs .

6. L’Espagne a découvert le désenchantement.

ESPN / Via buzzfeed.com

L’Espagne rejoint l’Italie et la France dans le club des nations éliminés piteusement en phase de poules après avoir gagné la Coupe du Monde quatre ans auparavant.

7. Le monde a découvert l’existence du Costa-Rica.

En gagnant contre l’Uruguay (3-1) et l’Italie (1-0), le Costa Rica a véritablement créé la surprise de ce Mondial 2014. Même si leur prestation en huitième et en quart de finale n’a pas vraiment marqué les esprits, le Costa Rica restera ce petit pays qui est sorti avec brio du groupe de la mort en phase éliminatoire en balayant les espoirs des Anglais et des Italiens.

8. Les Américains ont découvert un nouveau sport.

Après quasiment un demi-siècle d’autisme en termes de football, le public américain a enfin décidé de se passionner pour le même sport que le reste du monde.

Même si la popularité du football est encore concentrée sur les états côtiers, même s’il reste toujours des Américains pour affirmer que le foot n’est pas un vrai sport, le mouvement est bel et bien en marche et jamais l’engouement pour la Team USA n’aura été aussi fort aux Etats-Unis. Pas même en 2002, où ils avaient alors atteint les quarts de finale.

Encore quelques années, et ils adopteront le système métrique.

9. Ainsi qu’un nouveau pays : la Belgique.

Malgré leur défaite, ils auront toujours appris un peu de géographie.

10. Et un nouveau héros : Tim Howard

En battant le record du nombre d’arrêts de but en huitième de finale face à la Belgique, le portier US a fait chauffer les réseaux sociaux et est devenu une star dans son pays.

11. Les Italiens ont découvert qu’ils étaient vraiment des mordus du football

Julian Finney / Getty

La morsure puis l’exclusion de Suárez a d’ailleurs fait dire au président urugayen, José Mujica, que les présidents de la FIFA étaient une bande de “vieux fils de putes”, fin de citation.

12. Les tatoueurs ont découvert le football

Mauricio Pinilla, le Chilien qui, à deux centimètres près, a failli éliminer le Brésil en huitième de final, s’est fait tatouer la barre transversale fatidique sur son dos.

13. Paul Pogba a découvert l’art de la balayette.

Mais, après tout, ç’avait l’air mérité.

François Hollande a été aperçu au stade Castelao de Fortaleza. Il portait les couleurs du Brésil, ce qui n’a pas vraiment porté chance à l’équipe de ce pays.

15. Les Argentins ont découvert le suspense.

Un but à la 91ème minute contre l’Iran, à la 118ème minute contre la suisse, et une séance de tirs au but au suspense insoutenable contre les Pays-Bas. Les Argentins auront passé ce mondiale à faire semblant qu’ils n’allaient pas gagner.

16. Les footballeurs, les larmes et l’amitié virile.

Seul un coeur de pierre n’aurait pas versé une larme devant le spectacle du défenseur brésilien David Luiz et du buteur colombien James Rodriguez en train de se faire des câlins.
David Luiz a poussé le beauté du geste jusqu’à demander à son public de faire une ovation au jeune Colombien.

Voilà qui a plus de classe que le coup de pieds dans les burnes de Maradona sur Batista en 1982.

17. Les Brésiliens ont découvert l’humiliation.

Il est vrai, les Brésiliens n’ont pas été époustouflants. Ni contre la Croatie, ni contre le Mexique, ni contre les Chiliens, qui ont été à deux doigts de les éliminer en huitième de finale.

S’ils ne méritaient pas de gagner ce championnat, ils ne méritaient pas non plus une telle rouste. Personne ne méritait ça.

18. Et puis encore les larmes.

BeinSports

Dur.

En termes de “bringing some joy to the people” on a en effet vu mieux

Ce vieux bonhomme sur qui tout le malheur du monde semblait peser a quand même donné son trophée à de jeunes supporters allemands.

Oui, derrière cette belle moustache, il y a un petit coeur qui bat.

Check out more articles on BuzzFeed.com!

Conversations sur Facebook
Le buzz du moment