13 très bonnes raison de détester les cyclistes

L’élimination physique des cyclistes est une option tout à fait raisonnable. En toute mauvaise foi.

1. Parce qu’ils s’aiment déjà beaucoup trop eux-mêmes

Rien n’est plus agaçant que l’autosatisfaction teintée de bonsentimentalisme écologique.

2. Parce qu’ils sont inconscients

giphy.com / Via giphy

Quoi qu’en disent Naturalia et le lobby des bouffeurs de graines de l’est parisien, ça ne m’enlèvera pas de la tête que rien ne vaut la protection d’une tonne de métal et de plastique autour de moi pour éviter que mes organes vitaux ne viennent joncher la chaussée.

3. Parce qu’ils sont vulnérables

Les vélos sont les plus vulnérables d’entre nous sur la route. Si vous voulez débarasser l’espèce humaine de ses éléments les plus faibles et faire ainsi avancer l’évolution, n’hésitez pas à faire un headshot avec votre portière la prochaine fois que vous stationnez sur une piste cyclable.

4. Parce que c’est jamais leur faute

Les cyclistes, c’est un peu les françois Bayrou de la politique : c’est jamais leur faute s’ils prennent des branlées. Un coup c’est l’UMP, un coup c’est l’absence de couille des centristes, un coup c’est les méchantes voitures garées sur les pistes cyclables.

Mais il y a quelque chose qui ne change jamais, c’est la propension qu’ils ont à se plaindre et à tartiner le web de pleurnicheries criardes.

5. Parce qu’ils se plaignent tout le temps

Les cyclistes ont même poussé la mauvaise foi jusqu’à faire condamner en 2013 une pauvre automobiliste d’outre manche parce qu’elle avait osé dire sur twitter qu’elle avait accompli son devoir de citoyen britannique en renversant un cycliste à Norwich.

Personne n’aime les losers qui tombent par terre en geignant.

6. Parce qu’on nous dit de les aimer

Est-ce qu’il y a quelque chose de plus chiant qu’un message répété sur tous les tons par les pouvoirs publics ?

Avec les vélos c’est pareil : plus on me dit d’habiter dans un écoquartier et de faire mes courses bio en bicyclettes, plus j’ai envie d’aller faire du tuning à Saint-Etienne.

7. Parce que c’est ringard

C’est un peu le corollaire du précédent : à partir du moment où c’est encouragé, ça devient ringard. C’est tellement plus in d’être un rebelle.

A votre échelle, vous pouvez lutter vous aussi contre la mièvrerie ambiante et les coupes de cheveux de mauvais goût en vous opposant aux politiques cyclables de votre ville.

8. Parce que ça rend con

En fait j’en sais rien mais ça me permet de mettre des gros seins dans ce post.

9. Parce qu’ils ont des passe droit

Eh oui, vous ne le saviez peut-être pas, mais depuis 2010, les cyclistes ont le droit de cramer les feux. Ça vous fout pas les boules vous qui vous faites chier dans vos boulots de merde à acheter une voiture française pour soutenir l’industrie nationale et à payer des taxes à mort quand vous faites le plein de savoir qu’un graphiste qui achète toutes ses fringues à American Apparel a le droit de transgresser la règle quand vous vous êtes coincés dans votre bagnole ? Bah c’est comme ça.

10. Parce que la science nous dit que c’est normal de les détester

Un chercheur anglais a même expliqué pourquoi il était normal de détester les cyclistes.
Pour ce psychologue anglais, leur comportement individualiste et leur interprétation bien à eux du code de la route saperaient l’ordre moral à la racine de nos sociétés, et seraient même le premier pas vers leur désintégration et le chaos social.

11. Parce qu’il s’habillent mal

Alors c’est ça que vous voulez ?

Les cyclistes n’hésiteront pas à mugir dans nos campagnes, et membrés comme ils le sont, à trousser nos filles et nos compagnes.

Détester les cyclistes, c’est être contre le mauvais goût et les boules qui dépassent.

12. Ou alors ils ne s’habillent pas du tout

Cette pratique s’appelle le cyclonudisme et ça consiste à faire du vélo à poil, afin de marquer la fragilité du cycliste sur la route.
En me référant au média auxquels j’accorde le plus de confiance, yahoo.answers, je pose carrément la question : les cyclistes sont-ils tous des pédophiles ?

13. Parce qu’ils sont du côté obscur de la force

Peur des voitures, haine des piétons, agressivité et ambition sont le terreau fertile sur lequel se développe la pratique de la bicyclette.
Obi Wan l’avait compris il y a déjà bien longtemps, dans une lointaine galaxie.

Check out more articles on BuzzFeed.com!

Le buzz du moment