Promoted
Promoted

Les pires scandales sexuels des présidents français

Ce samedi 25 janvier 2014, François Hollande a officialisé sa séparation avec Valérie Trierweiler. Depuis la sortie du fameux numéro de Closer, la relation supposée entre le Président de la République et l’actrice Julie Gayet enflamme la presse internationale. Mais bon. Tout est relatif.

13. Nicolas Sarkozy : « Si tu reviens, j’annule tout »

Fonction : Président de la République - 2007-2012

La saga amoureuse de l’ancien chef de l’État commence avec sa première séparation de Cécilia Sarkozy en 2005. Selon le livre « Sexus Politicus » (Albin Michel, 2006), il entame alors une relation avec Anne Fulda, une journaliste du Figaro. Ils vont ensemble chez Darty pour officialiser discrètement la relation. Quelques mois plus tard, Cécilia Sarkozy revient à Paris, et Nicolas Sarkozy met fin à sa relation avec la journaliste.

Deuxième séparation avec Cécilia : cette fois c’est avec Carla Bruni que le Président se met en couple et plutôt que Darty, il choisit Disneyland Paris pour officialiser leur relation. Selon le Nouvel Observateur, huit jours avant son mariage avec la star, Nicolas Sarkozy envoie un texto à Cécilia : « Si tu reviens, j’annule tout. »

Indice de scandale : 42%

12. Émile Combes, amoureux d’une religieuse deux fois plus jeune que lui

Wikimedia Commons

Fonction : Président du conseil - 1902-1905

Époux amoureux et fervent défenseur de la laïcité, Émile Combes succombe pourtant aux charmes d’une carmélite âgée de 34 ans alors qu’il en a 68. Le président du Conseil et la religieuse entament une correspondance amoureuse et la jeune femme lui offre même l’une de ses mèches de cheveux. Ils se retrouvent lors d’un séjour à Barcelone quelques temps après leur rencontre, mais personne ne sait si la relation a été consommée.

Indice de scandale : 53%

11. Edgar Faure

Fonction : Président du Conseil - 1952, puis 1955-1956

Selon le livre « Sexus Politicus », lors de ses années à la présidence de l’Assemblée nationale, Edgar Faure aurait carrément fait construire une porte dérobée dans l’hôtel de Lassay pour pouvoir rencontrer ses maîtresses en toute discrétion.

Indice de scandale : 58%

10. Napoléon III

Fonction : Président de la République - 1848-1852 (puis empereur)

L’empereur des Français, quant à lui, avait fait construire un souterrain secret reliant la chapelle de l’Elysée à l’hôtel où l’attendait sa maîtresse, Louise de Mercy-Argenteau.

Indice de scandale : 59%

9. Les fausses partouzes de Georges Pompidou

Fonction : Président de la République - 1969-1974

Juste avant que Georges Pompidou ne soit élu Président de la République, lui et son épouse furent impliqués à tort dans l’affaire Markovic. Le 1er octobre 1968, le corps de Stevan Markovic, ancien garde du corps d’Alain Delon, est retrouvé dans une décharge. Sur lui, une lettre qui incrimine Alain Delon et son ami François Marcantoni. Peu de temps après, une lettre anonyme répand la rumeur de parties fines, organisées par Marcantoni, auxquelles Pompidou et son épouse auraient pris part. Ceci était en fait un complot visant à déstabiliser la campagne du futur Président.

Indice de scandale : 72%

8. Jacques Chirac : « cinq minutes, douche comprise »

Fonction : Président de la République - 1995-2007

Grand séducteur, Chirac est surnommé « cinq minutes douche comprise » dans le milieu parisien. On lui prête une liaison avec Claudia Cardinale et selon « Sexus Politicus », il aurait presque quitté Bernadette Chirac pour épouser une journaliste du Figaro qui était sa maîtresse dans la fin des années 1970.

Bernadette, quant à elle, connaît la réputation de son mari. Dans le livre « Conversations » (Plon, 2002), elle affirme qu’avec lui, « les filles, ça galopait. »

Indice de scandale : 78%

7. Giscard d’Estaing et le camion de lait

Fonction : Président de la République - 1974-1981

VGE aussi a enchaîné les conquêtes, particulièrement parmi les actrices. Selon « Sexus Politicus », il a entretenu une liaison avec Mireille Darc, à qui il offrait de la lingerie de luxe. En 1974, c’est l’affaire du « camion du laitier » qui défraie la chronique. L’ancien Président aurait percuté ledit camion au petit matin, alors qu’il conduisait la voiture de course de son ami Roger Vadim. Avec lui dans la voiture, une célèbre actrice (on dit à l’époque qu’il s’agit de Marlène Jobert).

Plus récemment, VGE a publié un roman intitulé « La Princesse et le Président ». Il y imagine l’histoire d’amour entre un Président français des années 1980 et une princesse britannique. Lorsque le roman paraît en 2009, beaucoup se demandent s’il s’agit d’un récit imaginé ou si l’ancien chef de l’État a vraiment eu une liaison avec Lady Diana.

Indice de scandale : 83%

6. Adolphe Thiers, le Carla Bruni de la Troisième République

Portrait officiel, Pierre Petit / Wikimedia Commons

Fonction : Président de la République - 1871-1873

Avant Carla Bruni et les Enthoven, il y avait Adolphe Thiers et les Dosne. En 1827, Thiers devient l’amant d’Eurydice Dosne, une femme mariée. Puis il épouse sa fille aînée, Elise Dosne. Parallèlement, il entretient également une relation avec la soeur, Félicie. Dans la presse, on parle alors des « trois moitiés de M. Thiers ».

Indice de scandale : 85%

5. Talleyrand, l’évêque défroqué

Fonction : Président du Conseil - 1815

Lui aussi a eu un liaison avec une mère et sa fille, mais en plus, la fille en question était la femme de son neveu. Membre du clergé, Talleyrand était l’un des plus grands coureurs de son époque. Dès l’adolescence, alors qu’il étudie au séminaire, il entretient une liaison avec une comédienne de la Comédie Française. Quelques années plus tard, en 1785, l’une de ses maîtresses lui donne un fils alors qu’il porte encore l’habit. Certains historiens affirment aussi qu’il serait le père du peintre Eugène Delacroix.
C’est finalement en 1801 qu’il retourne à la vie laïque pour épouser sa maîtresse de l’époque (sans devenir fidèle pour autant).

Indice de scandale : 94%

4. François Mitterrand et sa famille cachée

Fonction : Président de la République - 1981-1995

Tout le monde connaît l’histoire, mais n’empêche, c’est sans doute le seul président français à avoir entretenu une famille cachée : de sa relation extra-conjugale avec Anne Pingeot, il a une fille, Mazarine, et les loge toutes les deux dans un appartement de fonction, aux frais de l’État.
On lui prête aussi des liaisons avec Dalida, Annie Girardot et l’astrologue Elizabeth Tessier.

Indice de scandale : 100%

3. Félix Faure : « Il voulait être César, il ne fut que Pompée »

Fonction : Président de la République - 1895-1899

Le septième Président français est mort dans un salon de l’Elysée dans les bras de sa maîtresse, Marguerite Steinheil. À l’époque on raconte que Félix Faure a succombé à un orgasme fatal alors que la jeune femme lui faisait une fellation. L’événement fait parler le tout Paris, on surnomme Steinheil la « pompe funèbre », et Georges Clémenceau, qui n’était pas un des plus grands fans de Faure, lui dédie cet épitaphe assassin : « Il voulait être César, il ne fut que Pompée. »

Indice de scandale : 130%

2. Joseph Caillaux et sa femme l’assassin (oui, vous avez bien lu)

Wikimedia Commons

Wikimedia Commons

 

Fonction : Président du Conseil - 1911-1912

En 1913, un an après avoir quitté la présidence du Conseil, Caillaux est nommé ministre des Finances. Le Figaro publie alors une série d’articles l’attaquant politiquement et aussi personnellement. Le 16 mars 1914, Henriette Caillaux pénètre dans les locaux du Figaro, tire sur Gaston Calmette, le directeur du journal, et le tue. Joseph Caillaux démissionne dès le lendemain.

Indice de scandale : 300%

1. Georges Clémenceau et ses 800 conquêtes

Wikimedia Commons

Fonction : Président du Conseil - 1906-1909 et 1917-1920

Alors qu’il était enseignant aux Etats-Unis, Clémenceau démarre une relation avec l’une de ses élèves, qui deviendra sa femme, Mary Clémenceau. Lorsqu’il apprend qu’elle le trompe, il la fait incarcérer pendant 15 jours, puis la renvoie aux Etats-Unis, lui fait perdre la garde des enfants ainsi que sa nationalité française.
Par ailleurs, on attribue pas moins de 800 conquêtes au président. L’une d’entre elles, Léonide Leblanc, ancienne maîtresse de Gambetta, l’aurait tellement marqué qu’il nomma une ânesse en son honneur. Comme elle, l’ânesse avait « de grands yeux humides, la langue chaude et le poil luisant »…

Indice de scandale : 3000% - JE RÉPÈTE : IL A NOMMÉ UNE ÂNESSE EN L’HONNEUR DE SA MAÎTRESSE.

François Hollande et le « Gayet-gate »

Michael Kooren / Reuters

Vous voyez ? C’est pas si grave finalement.

Check out more articles on BuzzFeed.com!

 
 
Now Buzzing
Suivre